Rendre les achats autonomes : Se préparer à l'avenir tout en vivant au présent

separator

Une révolution numérique se produit sous nos yeux. De Cortana, Siri et Alexa à Tesla, Uber et Waymo, les appareils autonomes et la soi-disant intelligence artificielle sont tout autour de nous. Même les loisirs comme le sport sont transformés par les appareils de fitness, l’Internet des objets et l’analyse statistique. Forbes prédit que l’intelligence artificielle (IA) révolutionnera tout, du dépistage et de l’analyse des performances à la santé des athlètes, en passant par les angles de prise de vue pour la diffusion des images. Par conséquent, avec l’invasion de la technologie intelligente qui s’invite dans nos foyers, nos loisirs et nos déplacements, il est logique de se demander quand le travail sera impacté à son tour.

Pour en savoir plus et pour découvrir les quatre étapes du processus d’achat autonome, inscrivez-vous à notre webinar,« Pour des achats plus autonomes en 4 étapes ».

Au sein des équipes des achats modernes, beaucoup se demandent ce qu’il se passera lorsque l’IA sera véritablement intégrée dans les systèmes d’achat. Les humains et les ordinateurs vont-ils collaborer, comme ils le font aujourd’hui, ou des emplois seront-ils supprimés au profit d’ordinateurs en mesure de prendre des décisions financières plus rapides et plus précises en une fraction du temps ? La bonne (mais aussi la mauvaise) nouvelle est que les achats autonomes ne sont pas encore généralisés. En fait, nous ne sommes qu’à mi-chemin du parcours. Les chefs d’équipe ont donc le temps de préparer leurs employés, mais pour faire cela correctement, il convient de comprendre à quoi ressemble l’avenir et quelle tournure prendront réellement les achats.

Où en sont les achats aujourd’hui, dans la plupart des cas ?

Les achats autonomes comportent quatre étapes principales. Les entreprises qui n’ont fait que numériser leurs processus tels qu’ils existaient sur papier, en remplaçant les documents physiques par des formulaires électroniques, n’ont pas encore atteint la première étape. Le premier pas passe plutôt par l’automatisation des processus robotiques, les arbres de décision et l’intelligence artificielle de base, car cela permet de reconfigurer réellement la façon dont les flux de travail sont gérés. La plupart des services d’achat des entreprises interrogées se trouvent à ce stade.

Les principaux objectifs de la première phase du parcours autonome sont d’accroître la transparence des données et d’améliorer la convivialité, de centraliser les informations et d’automatiser les pratiques autrefois manuelles qui étaient répétitives et prenaient du temps. Cependant, cette étape ne correspond pas encore à un processus d’achat véritablement numérique. À ce stade, les systèmes n’apprennent pas encore des expériences passées pour améliorer leurs performances au fil du temps. Cela se fait lors de la deuxième étape.

Sur le fil du rasoir

Aujourd’hui, la phase numéro deux utilise largement les technologies de pointe. Les algorithmes d’apprentissage permettent d’améliorer la prise de décision, et les résultats au fil du temps en fonction des données historiques. Si vous avez le dernier modèle d’iPhone, vous voyez probablement ce type d’apprentissage automatique à l’œuvre tous les jours. Le système de sécurité FaceID d’Apple repose sur un algorithme d’apprentissage qui met régulièrement à jour ses modèles de visage, améliorant les résultats afin que votre appareil puisse vous reconnaître si vous allez chez le coiffeur, si vous vous faites pousser la barbe ou si vous changez de lunettes. Les outils les plus avancés utilisés aujourd’hui dans les processus d’achat utilisent une technologie très similaire. Prenons l’exemple du prédicteur de livraison à temps de JAGGAER, qui analyse l’historique des performances des fournisseurs pour déterminer la probabilité qu’une commande arrive à temps, avant même qu’elle ne soit passée. De même, le bot de chat de JAGGAER tire des informations de chaque conversation afin d’anticiper quelle sera la prochaine demande et quelles sont les intentions des utilisateurs.

Les outils d’apprentissage automatique offrent d’énormes avantages en termes de rapidité et d’efficacité. En permettant aux utilisateurs d’effectuer avec précision des actions avec une simple commande en langage clair ou en exécutant une analyse en arrière-plan tout en sachant que l’utilisateur aura besoin de ces données plus tard, le système fait gagner du temps et facilite le travail. Il offre également à l’utilisateur une interaction plus naturelle et plus simple au lieu de le désorienter avec des étapes trop détaillées.

Quel est l’avenir des achats ?

L’avenir, à la fois proche et lointain, apportera des progrès technologiques continus qui remodèleront l’industrie des achats.

Nous verrons d’abord des systèmes vraiment cognitifs qui peuvent apprendre non seulement au moyen d’interactions humaines répétées, mais aussi de manière autonome, supprimant en grande partie le besoin d’une prise de décisions par des humains. L’apprentissage deviendra véritablement stratégique, il permettra au système d’assimiler des connaissances d’un niveau bien supérieur que la simple exécution de tâches de base. Il commencera à tirer des leçons des situations, et pas seulement des commandes.

Ainsi, les achats pourront devenir véritablement autonomes, car ils tiendront compte des nouvelles situations de manière intuitive sans aucune instruction humaine. Le système pourra être confronté à une nouvelle situation ou se voir confier une nouvelle tâche et l’exécutera parfaitement. Il reposera entièrement sur l’intelligence embarquée, exécutant des opérations stratégiques et prenant en charge très facilement des tâches sophistiquées. Les acheteurs seront libres d’identifier de nouvelles opportunités, de réexaminer les stratégies de catégorie et de repenser à la fois leurs produits et leurs chaînes d’approvisionnement.

Que signifie tout cela pour les employés ?

La question qui vient naturellement lorsqu’on comprend ce qui nous attend est de savoir quel impact cela aura sur les employés. Même en étant conscientes de ce qui les attend, comment les équipes peuvent-elles s’adapter afin que les talents soient préparés pour réussir dans une ère autonome ?

« Les bons départements Achats recherchent des moyens de développer de nouvelles approches en matière d’approvisionnement, de gestion des fournisseurs, d’achats, etc. »

En vérité, le développement technologique n’est pas une menace pour le personnel des achats. La technologie a la réputation d’avoir un impact négatif sur l’emploi, soulevant du scepticisme et des craintes. Il en sera de même pour les achats autonomes. Cependant, au lieu de constituer une menace, les professionnels des achats ont une chance énorme à saisir pour jouer un rôle plus stratégique. Leur tâche n’a jamais été limitée à traiter la paperasse, faire correspondre les factures et suivre les budgets. Les meilleures équipes des achats cherchent plutôt des solutions pour créer de nouvelles approches en matière d’approvisionnement, de gestion des fournisseurs, d’achat, etc. Puisque les systèmes d’achats autonomes s’occupent des tâches de routine, les humains pourront désormais se concentrer exclusivement sur les changements percutants au niveau de la stratégie.

La clé pour maximiser les avantages tirés de la technologie est de l’adopter dès maintenant. Soyez réaliste quant aux technologies disponibles actuellement et à celles qui pointent à l’horizon, afin que votre équipe garde le cap. En offrant à votre équipe les compétences nécessaires pour rester à la pointe de la technologie, vous préparez vos collaborateurs à assumer un rôle pleinement stratégique. Nager à contre-courant ne profite à personne, assurez-vous plutôt que votre équipe surfe sur la vague.

Pour plus de détails sur chaque étape du processus d’achat autonome, regardez notre webinar « Pour des achats plus autonomes en 4 étapes ».  S’inscrire
Please follow and like us:
RSS
Google+
Google+
https://www.jaggaer.com/fr/rendre-les-achats-autonomes-se-preparer-a-lavenir-tout-en-vivant-au-present/
LinkedIn
Vimeo