Le Facility Management français est-il voué à disparaître?

separator

Le Facility Management en France existe depuis plus de 25 ans désormais, et les différentes études montrent que le secteur peine à décoller. J’irais même jusqu’à dire qu’il régresse, ce que confirment des expériences récentes de clients qui étaient parmi les pionniers dans la mise en place de contrats de FM sur leurs sites, et qui aujourd’hui font un bilan assez négatif de ce mode de gestion de leur patrimoine immobilier :

– La perte de connaissance de son patrimoine par le client est bien réelle, notamment après deux décennies ; aussi bien dans le domaine technique que dans celui des services, la capitalisation du savoir est loin d’être la priorité des FMers, et les renégociations successives des contrats ont contribué à réduire le niveau de compétences à disposition des prestataires. Ces derniers se bornent de plus en plus à être des « super-pompiers » généralistes, en réaction permanente, mais incapables d’amener l’expertise nécessaire pour résoudre les problèmes techniques notamment.

– Les processus, au lieu de se simplifier avec « l’interface unique », se compliquent par l’empilement des couches intermédiaires, et ralentissent la circulation de l’information dans les deux sens entre le terrain et le client.

– Les gains de productivité ont été atteints, certes, mais au détriment très souvent de la qualité, et la prochaine étape semble être la destruction du business model lui-même, à savoir la suppression de l’empilement de marge.

Qu’est ce qui pourrait sauver le FM à ce stade ?

Il suffit d’assister à quelques présentations de prestataires pour imaginer ce qui pourrait rendre le pilotage unique à nouveau attractif. En effet, les soutenances de commerciaux généralistes, sans bagage technique, ont vécu, car le FM reste un métier d’experts, ou plutôt d’un groupement d’experts. Il est donc grand temps que les FMers reprennent cette position de « sachants », attentifs à la valeur de leurs prestations et pas seulement à leur chiffre d’affaires, quitte à réduire leur palette d’intervention pour y retrouver leur crédibilité.

Il existe enfin un dernier axe de travail à creuser : les FMers doivent apprendre à coacher les clients dans leur rôle de pilote, car à leur décharge, l’expérience a montré que les clients n’ont pas toujours bien su ni disposé des outils nécessaires pour piloter leur prestataire. En conclusion, les FMers et les clients doivent encore apprendre à travailler ensemble.

Please follow and like us:
RSS
Google+
Google+
https://www.jaggaer.com/fr/le-facility-management-francais-est-il-voue-a-disparaitre/
LinkedIn
Vimeo