Le coronavirus souligne la fragilité des réseaux de fournisseurs mondiaux

separator

Les épidémiologistes de la santé publique tirent la sonnette d’alarme sur l’épidémie de coronavirus. Celle-ci s’avère bien plus importante que prévu et les pays devraient envisager des mesures de confinement strictes, similaires à celles imposées en Chine, car le coût humain sera probablement énorme. Un cas au Royaume-Uni a pointé la facilité avec laquelle le virus peut se propager, même via des personnes qui ne se sont jamais rendues en Chine, et encore moins à Wuhan. L’homme d’affaires qui a été contaminé alors qu’il participait à une conférence à Singapour aurait infecté plusieurs autres personnes. Huit ont été testées positives pour le coronavirus au Royaume-Uni, tandis que cinq ressortissants britanniques ont été testés positifs en France après le séjour de ce même homme d’affaires dans une station de ski française, et une clinique du NHS qui l’a accueilli a dû être temporairement fermée.

 

Entre-temps, l’OMS a estimé que la période d’incubation du virus pourrait atteindre 24 jours, ce qui signifie que les périodes de quarantaine de 14 jours imposées actuellement pourraient ne pas être suffisantes pour contenir la maladie. C’est une dure épreuve pour beaucoup de gens, notamment pour les passagers qui ne quittent plus leur cabine sur des paquebots de croisière dont les vivres commencent à manquer.

Quelles sont les conséquences sur les réseaux de fournisseurs?

Cependant, même si le confinement produit l’effet souhaité, il est légitime de se demander quelles sont les conséquences plus larges de la fermeture des écoles, des centres commerciaux, des usines, des transports et des réseaux de fournisseurs.

‘…comme le dit franchement CNN, ‘Vous ne pouvez pas fabriquer une voiture s’il vous manque 1 % des pièces. Le coronavirus pourrait anéantir l’industrie automobile mondiale’ ’

Les professionnels des achats du monde entier sont inquiets et très attentifs à la situation, en particulier dans les secteurs où les chaînes d’approvisionnement sont intégrées à l’échelle mondiale. Dans un tel contexte de crise, pratiquement toutes les catégories d’offre apparaissent comme « stratégiques » : « …comme le dit franchement CNN, ‘Vous ne pouvez pas fabriquer une voiture s’il vous manque 1 % des pièces. Le coronavirus pourrait anéantir l’industrie automobile mondiale’ »

Depuis l’épidémie de SRAS en 2003, le dernier grand fléau qui a frappé la Chine, le pays exporte encore plus de composants et de matériaux clés ainsi que des biens de consommation finis. L’économie chinoise a progressé à pas de géant, passant d’environ 4 % du PIB mondial en 2003 à 16 % aujourd’hui. Depuis 2004, la ville de Wuhan, au centre de l’épidémie et bloquée depuis le 23 janvier, est le point focal du plan baptisé « La montée de la Chine centrale », faisant de la ville l’un des principaux pôles du pays pour la fabrication de pointe. Elle compte au moins cinq grandes zones industrielles diversement spécialisées, notamment la production et l’assemblage automobiles, la biotechnologie et les produits pharmaceutiques, l’industrie lourde, les équipements de télécommunications, la technologie des lasers et des fibres optiques et bien plus encore. De plus, Wuhan possède un parc d’exportation dédié.

Automobile production and assembly
Automobile production and assembly
Biotechnology and pharmaceuticals
Biotechnology and pharmaceuticals
Heavy industry
Heavy industry
Telecommunications equipment
Telecommunications equipment
Laser and fiber optic technology
Laser and fiber optic technology

Vous ne pouvez pas fabriquer une voiture s’il vous manque 1 % des pièces. Le coronavirus pourrait anéantir l’industrie automobile mondiale.”

D’autres centres de fabrication en Chine, en particulier dans la province du Hubei, ont aussi été durement touchés par l’épidémie de coronavirus.

Les chaînes d’approvisionnement mondiales qui ont été le plus grandement touchées sont celles des industries de haute technologie, du secteur pharmaceutique et de l’automobile. Les entreprises technologiques en Amérique du Nord et en Europe sont particulièrement tributaires de la fabrication sous contrat en Chine et des livraisons juste à temps. Forbes a signalé que Dell Technologies, HP, Qualcomm, Huawei, Samsung, Qorvo, Skyworks Solutions, MagnaChip Semiconductor et Amkor Technologies envisagent tous des perturbations dans leurs chaînes d’approvisionnement : Les plus grosses entreprises de fabrication sous contrat se trouvent dans des régions soumises à des restrictions similaires à celles de la province du Hubei.

Les industries les plus impactées

computer technology industry
High-tech
pharmaceutical industry
Pharmaceuticals
automobile industry
Automobiles

Le Coronavirus et l’industrie automobile

Dans l’industrie automobile, la Chine est le principal fournisseur mondial de pièces. En 2018, la valeur des composants venus de ce pays a approché les 35 milliards de dollars selon les données des Nations Unies, dont 20 milliards de dollars vers les États-Unis seulement pour 2018, la plupart des pièces étant destinées aux chaînes de montage. CNN Business a interviewé Kristin Dziczek, vice-présidente d’un groupe de réflexion automobile du Michigan : « Il est difficile de dire quand les choses vont se corser par ici […] Tous les constructeurs automobiles ont aujourd’hui créé une cellule de crise pour trouver des solutions à ce problème. Mais la Chine est un acteur incontournable, il est impossible de s’en passer. »

La situation est peut-être encore plus grave en Allemagne, dont l’industrie automobile entretient des relations étroites et multidirectionnelles avec la Chine. Le CAR Center Automotive Research de l’Université de Duisburg-Essen a calculé qu’en 2019, un tiers de tous les véhicules fabriqués par des entreprises allemandes dans le monde ont été vendus en Chine, soit environ 5,2 millions d’unités au total. La plupart, environ 4,8 millions, sont fabriquées en Chine même, soit directement par des entreprises allemandes, soit par des partenaires chinois.

Bosch, le plus grand fournisseur automobile au monde, produit également en Chine, y compris à Wuhan. Lorsqu’il a annoncé les résultats financiers préliminaires de l’entreprise pour 2019, son PDG Volkmar Denner a déclaré : « Si l’épidémie perdure et que les chaînes d’approvisionnement sont affectées, il pourrait y avoir des perturbations. ». Nous étions alors au tout début de l’épidémie. Des cris d’alarme similaires ont été lancés par de gros constructeurs automobiles allemands, tels que BMW.

 

Fiat factory production line

FIAT a été le premier constructeur automobile mondial à évoquer le spectre de la fermeture d’une usine européenne.

FIAT a été le premier constructeur automobile mondial à évoquer le spectre de la fermeture d’une usine européenne, soulignant les risques liés au coronavirus pour les chaînes d’approvisionnement mondiales. Le 6 février, Fiat Chrysler a prévenu qu’une de ses usines européennes serait contrainte de fermer sa production dans quelques semaines.

Quant au Japon, Nissan a déclaré dans un communiqué largement diffusé le 10 février qu’il arrêtait temporairement la production dans son usine de Kyushu. En fait, les effets du blocage de plus en plus étendu du trafic de marchandises à destination et en provenance de la Chine commencent à se faire sentir dans les chaînes d’approvisionnement des matières premières et des pièces automobiles à travers le pays. Toyota est également touché.

Mais qu’en est-il des autres secteurs ?

Au moment de la rédaction du présent rapport, les perturbations se limitaient à des cas individuels, sans qu’il soit permis de généraliser. Pourtant, le problème pourrait toucher des entreprises et des secteurs auxquels on ne s’attendrait pas. Prenons, par exemple, l’achat d’équipements et de fournitures pour les soins de santé. Die Welt a rapporté le cas du fabricant de ventilateurs ebm-papst, une entreprise familiale à Mulfingen, petite ville près de Heilbronn dans le sud de l’Allemagne. Celle-ci possède trois usines en Chine et toutes ont été fermées à la demande du gouvernement de Pékin. La pénurie de ventilateurs, qui sont largement utilisés dans les systèmes de ventilation des hôpitaux, pourrait avoir des conséquences graves.

Il plane une grande incertitude quant à la durée de cette crise, mais tôt ou tard, des scénarios similaires vont forcément se présenter. Une gestion flexible et holistique de l’offre sera essentielle.

Au-delà d’un certain point, et nous ne savons pas encore quand ce point sera atteint, ces cas individuels risquent de se généraliser. Un autre constat est que les sociétés acheteuses ont rapatrié leurs représentants, y compris leurs ingénieurs, en raison de l’épidémie. Par conséquent, lorsque le virus sera enfin maîtrisé, il faudra encore un certain temps avant que les choses ne reviennent à la normale.

Dans ce contexte, les services d’achat doivent trouver rapidement des stratégies pour atténuer les risques. Il plane une grande incertitude quant à la durée de cette crise, mais tôt ou tard, des scénarios similaires vont forcément se présenter. Une gestion flexible et holistique de l’offre sera essentielle.

Jim Bureau, PDG de JAGGAER, commente : « Il est essentiel de disposer de stratégies de gestion des fournisseurs et d’atténuation des risques qui sont solides, intelligentes et structurées, et qui reposent sur des solutions numériques, pouvant fournir des informations proactives pour élaborer des plans d’urgence et faire face à ce type de réalités.

Jim BureauJAGGAER CEO, comments: “It is vital to have robust supplier management and risk mitigation strategies in place. Intelligent and structured supplier management strategies, based on digital solutions, can proactively provide insight to activate emergency plans to face these types of realworld circumstances.

« En pratique, il faut connaître votre réseau de fournisseurs et identifier d’autres moyens de répondre aux besoins d’approvisionnement direct et indirect, en faisant appel à des fournisseurs déjà classés et approuvés au préalable.  De telles mesures permettent par exemple aux compagnies de croisière de mettre en place une gestion d’urgence des fournisseurs suivie d’effet. Bien connaître leurs fournisseurs à l’échelle mondiale leur permet d’atténuer les risques et de sauver des vies. Le long processus de repérage, de sélection et d’intégration à court terme est donc évité. »

Par cette crise, de nombreuses entreprises seront contraintes de modifier la façon dont elles gèrent leurs chaînes d’approvisionnement aujourd’hui. « Il est extrêmement important que le risque et la résilience soient intégrés dans les stratégies de la chaîne d’approvisionnement, en particulier pour les achats directs », a déclaré le Bureau. « La plupart des entreprises disposent de plans d’urgence et de continuité des activités pour les perturbations de toutes sortes, mais le coronavirus, qui met des régions entières du monde hors service, au moins temporairement, est un tout nouveau défi. »

Please follow and like us:
RSS
Google+
Google+
https://www.jaggaer.com/fr/le-coronavirus-souligne-la-fragilite-des-reseaux-de-fournisseurs-mondiaux/
LinkedIn
Vimeo